La ?peur de gagner? et la figure du psychologue dans l?escrime (premi?re partie)

dom, mar 27, 2005

French

Cette r?action, en apparence paradoxale dans la nature m?me d?un sport o? la comp?tition, l?aspiration ? la victoire sont configur?s comme des facteurs essentiels et en m?me temps des objectifs d?entra?nement, arrive comun?ment la ? peur de gagner ? ou ? nikefobia ?, qui consiste en une s?rie de pens?es automatiques, de r?actions ?motives, physiologiques et comportementales qui finissent par compromettre la prestation.
L?anxi?t? et la peur, en g?n?ral sont des r?actions adaptatives que l?organisme humain (de tous les animaux au sens large) s?active en situation de danger, r?el ou pr?sum?, pour assurer la survivance : l??tat de veille, la capacit? d?attention (? arousal ?) augmentent et l?individu est physiologiquement plus actif.
On observe diverses r?actions parmis lesquelles : la transpiration, l?augmentation de la fr?quence cardiaque ou de la respiration, la lib?ration d?adr?naline dans le sang, la tension musculaire.
L?anxi?t? est en g?n?ral une r?action g?n?ralis?e, non pas vers un danger sp?cifique ; la peur au contraire est dirig?e vers un objet. (personne et/ou situation) qui menace. Par exemple la peur du noir, ou de la vitesse, ou de voler, ou de quelqu?un qui manifeste des intensions agressives ? notre ?gard.
Dans les situations de peur les ?tre humains tendent ? mettre en actes des comportements pour ?viter que la situations soit v?cue comme dangereuse. Un certain niveau d?anxi?t? ou de peur a une finalit? biologique importante, elle permet de d?velopper des r?actions de d?fense et d?assurer la survie : cependant quand elle devient exc?ssive et d?mesur?e par rapport au danger r?el elle peut avoir un effet n?gatif et affaiblissant.
Dans le contexte sportif, la peut de gagner ? dans certains domaines d?finis comme ? la peur du succ?s ? – se manifeste avec l?activation de pens?es automatiques ? mon Dieu je suis en train de gagner ! ? , ? je suis en train de battre un adversaire plus fort que moi ?, ? je dois me d?p?cher de finir ! ? ? faut que je sois attentif ! ? ? qu?est-ce qui se passe apr?s ? ? et qui en a plus en met plus.
Ces pens?es provoquent une augmentation exc?ssive de l?anxi?t?, et pour autant l?arriv?e des g?nes physiques d?j? vu : tachicardie, perte de la coordination, transpiration, etc.
Tout ceci, ?videmment, d?termine un des scadimento de la prestation, li? ? l?impossibilit? d?ex?cuter corectement les actions d?escrime : les touches sont moins pr?cises, avec moins de s?curit? et d?termination, le temps et la mesure sautent, des difficult?es de concentration apparaissent ainsi qu?une perte de lucidit?, qui chacun a leur tour son responsables des erreurs techniques et tactiques.
Il n?est pas rare dans ces situations d?assister ? un rebondissement dans le score et sur le r?sultat final de l?assaut.
A ce moment il est logique de se demande ce qui peut ?tre anxiog?ne ou dangereux dans uen exp?rience de victoire, consid?rant que l?objectif principale de l?investissement sportif et des entra?nement est long et fatigant.
Pour comprendre certains m?canismes psychologiques il faudrait consid?rer l?histoire et les variables subjectives relevant de la singularit? de chaque athl?te. Scarsa l?auto-estime, la peur de ne pas ?tre ? la hauteur du succ?s conquit et de ne pas savoir le maintenir ; peur de l?isolement, de la fatigue et des sacrifices (par exemple investissement dans la vie priv?e et dans les hobbies) que l?obtention de haut niveau peut comporter ; angoisse de d?passer un parent avec qui on est en comp?tition ou au contraire le d?sir de punir un parent et/ou un entra?neur particuli?rement pressant et exigent : voici quelques uns des motifs possibles, souvent inconscients, qui fr?quement contribuent ? l?apparition de la peur du succ?s et de son interf?rence dans la fonction de r?ussite sportive.
Comment peut-on r?soudre des probl?mes de ce genre ?
Il n?y a ?videmment pas une r?ponse valable pour toutes les situations et surtout pour to




Condividi questo articolo

Share